Entretien avec M. Amadou Ceesay, Responsable de la Commission gambienne de la concurrence et de la protection des consommateurs

« Il faut beaucoup de plaidoyers pour informer et sensibiliser les consommateurs sur leurs droits et obligations »

 

Premier responsable de la Commission gambienne de la concurrence et de la protection des consommateurs, M. Amadou Ceesay a participé activement à l’atelier régional pour la validation d’un cadre réglementaire communautaire pour la protection des consommateurs et d’un mécanisme de représentation des consommateurs dans les organes d’Infrastructure qualité de la CEDEAO. C’était du 19 au 21 novembre 2018 à Ouagadougou (Burkina Faso). Dans cet entretien, il met l’accent sur la coopération et lafranchecollaboration entre les agences nationales de contrôle et les associations de consommateurs pour une protection plus efficace de ces derniers.

 

PSQAO: Comment appréciez-vous le déroulement des travaux de cet atelier organisé par le PSQAO au profit des associations de consommateurs de la région ? 

 

M. Amadou Ceesay: C’est une très belle initiative de la CEDEAO d’avoir réuni des associations de consommateurs et des organismes nationaux de lutte contre la fraude, car nous travaillons tous ensemble même si nos objectifs sont parfois différents. En tant qu'organismes de contrôle, nous assurons la protection des populations consommatrices alors que les associations de consommateurs font davantage de plaidoyers. Je pense que c'est très bien. Mais surtout, nous devons partager nos expériences dans ce domaine: ce que nous faisons en Gambie, au Burkina Faso, au Nigéria, etc. De cet atelier, je comprends que nous sommes à des stades de développement très différents dans le domaine de la protection des consommateurs. Comme je le disais à la conférence, nous avons un tribunal fonctionnel en Gambie et nous sommes très avancés dans le régime de la concurrence. Nous réussissons donc à mettre ensemble les deux et comme l’a dit le Dr. Seydou Sako, la CEDEAO vient de se dresser des lauriers. L’autorité régionale de la concurrence de la CEDEAO va commencer à intervenir en Gambie le mois prochain. Alors je pense que dans cette perspective de la protection des consommateurs, c’est bien. De plus, l'idée du portail ou de la plateforme numérique d’échanges entre les associations de consommateurs de la CEDEAO est une bonne initiative. Nous avons un portail similaire "Le dialogue africain" et je pense que nous partagerons nos expériences. C'est l'un des avantages du Programme Qualité de la CEDEAO.

 

PSQAO: En tant que responsable de la Commission gambienne de la concurrence et de la protection des consommateurs, quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez dans la perspective de la protection des consommateurs en Gambie?

 

M. Amadou Ceesay: En fait, la plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontés ont surtout trait au niveau de sensibilisation aux lois sur la protection des consommateurs en Gambie. C’est encore nouveau donc, beaucoup de plaidoyer est fait pour informer les gens sur leurs droits et obligations qu’ils ignorent souvent. Par exemple, une simple chose comme demander un reçu, c’est à la fois un droit et une obligation pour le consommateur. Donc, si vous venez vous plaindre et que vous n’avez pas de reçu, par exemple, une chose banale donc, nous n’avons aucune preuve pour valider la transaction. Il faut donc beaucoup d’éducation. Surtout que la protection des consommateurs touche un ensemble de secteurs de l'économie : vous devez traiter avec l'autorité de sécurité des aliments, avec le bureau des normes et avec les organes de régulation. Il y a donc parfois une guerre entre les agences de protection des consommateurs et l'ensemble des régulateurs. C'est donc un gros défi auquel nous sommes confrontés.

Ce site web est financé par l'Union européenne avec l'appui technique de l'ONUDI

Les opinions exprimées sur cette page ne reflètent pas forcément celles de la Commission de l'Union européenne

Copyright - 2019 - ECOWAS AGENCY FOR QUALITY