Entretien avec le Dr. Sako Séydou, Chargé de Programme Concurrence et Commerce à la CEDEAO

Entretien avec le Dr. Sako Séydou, Chargé de Programme Concurrence et Commerce à la CEDEAO

« Les représentants désignés des associations de consommateurs au niveau des Comités techniques du Conseil Communautaire de la Qualité (CCQ) de la CEDEAO sauront exploiter les spécificités de chacun d’eux pour défendre les consommateurs de la région »

 

Dr. Sako Séydou, Chargé de Programme Concurrence et Commerce au niveau de la CEDEAO, a été l’une des chevilles ouvrières des résultats satisfaisants enregistrés au soir de l’atelier régional de validation d’un cadre règlementaire communautaire pour la protection du consommateur, tenu à Ouagadougou, au Burkina Faso,  du 19 au 21 Novembre 2018. Désigné démocratiquement pour conduire les travaux, il a su imprimer sa touche par sa connaissance du secteur, particulièrement en veillant à ce que les représentants des associations de consommateurs désignés pour siéger dans les différents Comités techniques du CCQ aient les prérequis pour assurer la charge.

 

PSQAO : Pourriez-vous nous présenter le contexte et les résultats attendus de l’atelier ?

 

Dr. Sako Séydou : L’atelier fut un grand challenge pour nous. Il fait suite à un atelier de formation organisé, les 11 et 12 avril 2018 à Lomé par le PSQAO, le Programme Qualité de la CEDEAO logé au  Département en charge de l’Industrie et du Secteur privé, en liaison avec la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED).

Il s’agissait alors de renforcer les capacités des associations de consommateurs et des structures en charge des consommateurs pour une meilleure protection de ces derniers. A cet atelier, les associations de consommateurs des Etats membres de la CEDEAO présentes, ont fortement recommandé, au regard du vide juridique qui existe au niveau régional, la possibilité de mettre en place une réglementation harmonisée pour la protection des consommateurs de la région Afrique de l’Ouest. Pour une meilleure efficacité, il était dès lors important que ces acteurs soient représentés dans les différents Comités techniques du CCQ. Il fallait alors trouver un mécanisme pour la désignation des associations de consommateurs.

 

PSQAO : Pour avoir modéré les discussions, vous êtes très bien placé pour revenir sur les points saillants des travaux, surtout en lien avec le cadre réglementaire de la CEDEAO ?

 

Dr. Sako Séydou : Il faut déjà dire que cet atelier a pleinement atteint les résultats souhaités. Premièrement et en un temps cours, le Programme Qualité de la CEDEAO a su trouver des consultants qui, rapidement, ont élaboré un projet de réglementation en matière de protection des consommateurs au niveau régional, en s’inspirant des expériences de réussite. Par ailleurs, l’atelier a permis de choisir un mécanisme consensuel pour la représentation des associations et structures de protection des consommateurs dans les organes de l’Infrastructure qualité de la CEDEAO.

Nous pouvons donc dire que la satisfaction a été pleine et entière au sortir de l’atelier. Surtout que nous avons bénéficié de la caution notable du Commissaire de la CEDEAO en charge de l’Industrie et de la promotion du Secteur privé, Mamadou TRAORE accompagné de son homologue à l’UEMOA, en présence du représentant du Ministre de l’Industrie du Burkina Faso qui a ouvert l’atelier. Et pour revenir au document essentiellement, il faut dire qu’il a été revu, point par point, par les participants. Un travail de fond a été donc fait par les uns et les autres. Aujourd’hui, nous nous tendons vers une directive au niveau régional dans le cadre de la protection des consommateurs comme cela se fait au niveau des autres Comités économiques régionaux.

 

PSQAO : Comment appréciez-vous la qualité des échanges tout au long des travaux, surtout entre les associations de consommateurs ?

 

Dr. Sako Séydou : Je suis pleinement satisfait. L’atelier a enregistré la présence des associations de consommateurs très engagés. Nous le savons, intervenir en tant qu’association de consommateurs au niveau des Etats membres n’est pas une tâche facile. Donc les échanges ont été suffisamment responsables, très fructueux et partant de ce résultat, nous sommes assez conscients que les représentants des associations de consommateurs qui siégeront au sein des différents Comités techniques du CCQ joueront pleinement leurs rôles.  Tous ceux qui sont désignés par rapport aux spécificités de chaque Comité technique seront à même de pouvoir défendre les associations de consommateurs en connaissance de cause et en connaissance de la thématique de façon spécialisée.  

Ce programme est financé par l'Union européenne

Les opinions exprimées sur cette page ne reflètent pas forcément celles de la Commission de l'Union européenne

 Ce programme est executé par l'ONUDI

Copyright - 2016 - West Africa Quality System Programme