Newsletter No 6

Chers lecteurs,

Dans notre édition précédente, nous avons présenté les avancées notables enregistrées par les Etats membres en matière d’élaboration de Politiques Nationales de la Qualité (PNQ) alignées sur la Politique Régionale ECOQUAL. Dans cette présente édition, nous mettons le cap sur le renforcement des capacités des Etats en matière de Sécurité Sanitaire des Aliments (SSA).

Les Accords de l’OMC relatifs aux mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et aux Obstacles Techniques au Commerce (OTC) reconnaissent qu’il ne faudrait pas empêcher un pays de prendre les mesures nécessaires à assurer la protection de la santé et de la vie de ses citoyens.

C’est pourquoi, en vue d’orienter les Etats dans ce domaine sensible, la région, entre autres mesures, s’est dotée en 2010 du Règlement C/REG.21/11/10 portant harmonisation du cadre structurel et des règles opérationnelles en matière de sécurité sanitaire des aliments, des végétaux et des animaux dans l’espace CEDEAO.

Cependant, la mise en œuvre des politiques nationales ou régionales en SSA ne pourra enregistrer le succès escompté qu’en s’appuyant sur des ressources humaines compétentes. C’est dans cette optique que depuis la phase 1 du programme qualité (2001), les initiatives en matière de formation dans ce domaine se sont multipliées avec pas moins de 1500 personnes ressources dont les capacités ont été renforcées, qu’il s’agisse, de personnel d’entreprises ou de consultants.

Le PSQAO, dans une dynamique de continuité et d’amélio-ration, a inscrit une centaine d’entre eux, soit en moyenne Sept (7) par pays, à une formation qualifiante en SSA. Il s’agit de créer un noyau dur d’expertise confirmée, à même de servir efficacement les acteurs du domaine en vue d’améliorer les pratiques en SSA au niveau national.

C’est le lieu de rappeler, en se basant sur les chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), que les défaillances en matière de SSA pèsent très lourd sur les économies. Déjà en 1997, l’estimation des coûts associés aux maladies d’origine alimentaire causées par des microorganismes aux Etats Unis variait entre 6,5 et 34,9 milliards USD. Imaginons un instant ce qu’il en est dans nos Etats plus exposés et plus vulnérables.

Il est important de noter que face aux enjeux des questions liées à la SSA, de plus en plus de pays de la région travaillent à compléter leur PNQ par des politiques ou sous -politiques en sécurité sanitaire des aliments ; cela est tout à leur honneur et à encourager vivement.

L’Afrique de l’Ouest est en mutation, elle s’intègre chaque jour davantage au commerce mondial. La Commission entend continuer à jouer pleinement sa partition en appui à ces changements et pour plus de qualité au profit de nos populations. C’est de cela que je souhaite vous entretenir dans notre prochain numéro : les lauréats des prix nationaux de la qualité auront été désignés. En attendant de connaître l’heureux vainqueur du Prix CEDEAO de la Qualité, concours auquel ces distingués lauréats nationaux ont participé, nous donnerons plus de visibilité aux efforts consentis par ces derniers pour arriver à ce résultat d’excellence dans leurs pays respectifs. Ces efforts méritent en effet d’être copiés sans réserve.

 

Bonne lecture

Kalilou Traoré

It appears your Web browser is not configured to display PDF files. Download adobe Acrobat ou click here to download the PDF file.

Click here to download the PDF file.

Ce site web est financé par l'Union européenne avec l'appui technique de l'ONUDI

Les opinions exprimées sur cette page ne reflètent pas forcément celles de la Commission de l'Union européenne

Copyright - 2016 - ECOWAS AGENCY FOR QUALITY